Débuter avec les Apistogramma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Débuter avec les Apistogramma

Message par Amazoniensis le Lun 16 Déc 2013 - 4:53

Le genre Apistogramma


mâle A. allpahuayo


Comportement:
Les Apistogramma sont des cichlidés nains sud américains (CNSA), ces poissons (7 à 10cm pour le mâle et 4 à 5 pour la femelle) sont plutôt timides au premier abord mais deviennent territoriaux une fois acclimatés à leur environnement; et de surcroit lorsque le couple s'est formé !
Ils occupent un espace d'une moyenne de 50cm²; sur une telle surface on maintient un seul couple, surtout pas de trio car il y aura mort certaine pour le poisson surnuméraire à plus ou moins court terme.
Ils appartiennent à la sous famille des Geophaginae (lat. = mangeurs de terre) et passent donc la plupart du temps à filtrer le substrat afin d'y dénicher toutes sortes de proies et particules.


Régime alimentaire:
Ils prennent du sable en bouche puis l'évacuent par les ouïes, la présence d'un sable très fin et non coupant est importante.

femelle A. norberti

Au delà de chercher continuellement dans le sable, les Apistogramma sont insectivores.
Une alimentation riche et variée est nécessaire pour leur bonne croissance et leur métabolisme, de plus cela favorise la reproduction.
Personnellement je les nourris avec diverses microbestioles (daphnies, cyclops, aselles, larves de moustiques, nauplies d'artemias, ostracodes).
Les Apistogramma acceptent aussi la nourriture sèche (comprimés et granulés de qualité) cependant, il est préférable que cette nourriture ne devienne pas leur alimentation principale.
À défaut de vivant, le surgelé reste quand même plus adapté à leurs besoin alimentaires et favorisent tout autant la reproduction.
Le sec doit seulement être utilisé afin de varier leur alimentation.


Reproduction:
Ce sont des pondeurs sur substrat couvert, la femelle choisi un site bien défini pour y déposer ses ovules.
Le mâle les féconde immédiatement après; lorsqu'ils ont terminé c'est la femelle qui prend en charge la protection du frai.

femelle A. uaupesi

La femelle n'a besoin que de quelques millimètres pour accéder à ses œufs après la ponte.
Si l'entrée de la cachette choisie est trop grande, il se peut qu'elle en réduise l'accès à l'aide du sable.
comprenez que le choix du sable est très important j'insiste !


Les œufs incubent durant 2 à 3 jours puis éclosent, ensuite il faut patienter encore 3 à 4 voire 5 jours avant de pouvoir observer les larves nager librement.
Lorsque les larves commencent à nager, la plupart des fois c'est la femelle seule qui les élève pendant plusieurs semaines (garde maternelle).

femelle A. agassizi

Rarement, le mâle prend part à l'élevage des petits, parfois il en garde une partie et la femelle garde la seconde partie (garde biparentale).
Exceptionnellement, il se peut que le mâle ai la garde exclusive des alevins ! (garde paternelle) mais c'est vraiment très rare.
Cela dépend du caractère de chaque individu et non d'une espèce en particulier.

À ce jour seules 3 espèces ont une méthode particulière de se reproduire, en effet la femelle (passé le délai d'éclosion) prend les larves en bouche et les garde jusque la nage libre !
Il s'agit d'A. barlowi, A. pantalone et A. sp. "Kelleri" qui sont toutes les trois des incubateurs larvophiles buccaux.


Habitat:
Les Apistogramma occupent les eaux calmes, la plupart du temps sans courant; la hauteur d'eau des mares et ruisseaux qu'ils occupent est très souvent faible, de l'ordre de 10 à 30cm.
Au sol, du sable blanc très fin souvent recouvert de débris végétaux et autres sédiments; dans beaucoup de cas une épaisse litière de feuilles tapisse le sol ce qui offre d'innombrables cachettes pour échapper à la prédation.
Le bois mort est également presque omniprésent et la végétation peut se faire très rare comme très luxuriante selon les endroits.


L'aquarium:
Il ne sera pas nécessairement planté, en revanche la configuration devra être soigneusement réfléchie de manière à offrir un maximum de cachettes.
Le sable devra être fin et non tranchant: sable de Loire, sable à cimenter, sable de silice.
Il faut absolument éviter la quartzite qui est tranchante et peut donc blesser, le sable JBL manado n'est également pas adapté aux cichlidés nains dans le sens où il relargue constamment des minéraux et tendent par conséquent à durcir l'eau (ce qui est préjudiciable à long terme).
-La taille de l'aquarium : avec les Apistogramma (et autres cichlidés nains d'ailleurs) je préfère m'exprimer en surface disponible plutôt qu'en volume utile (qui lui varie du tout au tout selon la conception de la cuve).
Une surface de 60x30 voire 40x40 est un minimum !
En dessous il vaut mieux éviter au risque qu'ils ne s'épanouissent, qu'ils peinent à grandir et au pire qu'ils s'entretuent.
Il faut prendre en considération qu'une bonne maintenance mène dans 99% des cas à la reproduction.
Si la surface est trop petite n'imaginez pas que tout se passera bien une fois que la femelle protègera ses petits, le mâle a de grandes chance de se faire harceler par la femelle.
Les petits seront confinés et ne grandiront pas dans de bonnes conditions, et le mâle peut aussi dévorer les alevins ce qui entrainera immanquablement un nouveau conflit.


L'eau:
Elle devra obligatoirement être la plus douce possible, et acide ! Pour cela plusieurs solutions s'offrent à vous.
Il est préférable d'utiliser exclusivement: soit de l'eau de pluie, soit de l'eau osmosée.
Dans leur milieu naturel l'éléctro-conductivité frôle souvent la neutralité !
Surtout pas d'eau de conduite ! sauf si l'on a la chance d'habiter une région où l'eau en sortie de robinet est très douce (ce qui n'est présentement pas le cas en gironde).
Pour acidifier l'eau nous utiliserons essentiellement des feuilles de chêne, des souches de bois, de la tourbe, des fruits d'aulne.
L'idéal pour nombre d'espèces c'est de se situer dans une fourchette de pH comprise entre 5 et 6; sauf exceptions pour les extrêmophiles qui nécessiteront que l'on acidifie davantage. (pH<5 voire <4,5)
La température doit en moyenne être comprise entre 25 et 27°C.
Si vous respectez ces trois critères importants vous saurez maintenir la plupart des espèces et les reproduire !


Cohabitation:
Sujet un peu délicat. Tout dépend de la surface disponible au sol, de la hauteur d'eau, de la configuration même de l'environnement.
Pour faire simple voici quelques exemples de bacs dits "biotope" (dimensions exprimées en LongueurXlargeurXhauteur).

-80X40X30cm:
Dans cette cuve il est possible de maintenir un couple et de leur adjoindre un petit groupe d'une demi douzaine de Nannostomus par exemple (ou autres petits tetra).


-110X40X25:
Ici on peut se permettre de faire cohabiter un couple avec un groupe de 10 Hemiloricaria melini et quelques Nannostomus.


-150X50X60:
En bac communautaire plus de choix:
Deux couples c'est faisable dans ce volume, mais observez bien le décors qui regorge de cachettes, c'est très important lorsqu'on fait cohabiter plusieurs couples. Ajoutez à cela un autre couple de cichlidés un peu plus gros (Bujurquina par ex.) qui ne vivent pas sur la même zone + un groupe de Corydoras + un groupe de Tetra + un groupe de Pyrrhulina + un groupe de loricaridés.


-200X50X60:
Deux espèces différentes et en groupe ! + même population qu'au dessus avec encore plus de possibilités !
Ce ne sont que des exemples parmi tant d'autres, les possibilités sont multiples !


pour réagir -> http://www.aqua33.fr/t91-commentaires-sur-l-article-debuter-avec-les-apistogramma#929
avatar
Amazoniensis
Membre assidu
Membre assidu

Messages : 499
Date d'inscription : 07/12/2013
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/nicoblondeau/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum